i wish i could dance on it

Publicités

Les membres de la famille présents autour du lit étaient hypnotisés par son souffle, le rythme, le nuage de buée sur le masque à oxygène qui paraissait puis s’effaçait, paraissait puis s’effaçait… Nous étions captivés par ce théâtre sans action, dont le texte est fait des pensées qui traversent chaque esprit.

Ma mamy était assise à son chevet. Elle a doucement tourné la tête et j’ai vu une larme, immobile, sur sa joue. J’avais bien réalisé qu’elle pleurait, mais comme les vieux font ; sans vraie larme qui perle mais plutôt avec de l’humidité sous l’oeil, comme si leur peau fine transpirait leurs pleurs. Et je me suis demandé depuis quand cette larme était là.